Une « politique du travail »

PWJe publie en 2017 à titre personnel un ouvrage sur les enjeux du travail aujourd’hui tels que je les comprends et les appréhende dans mon parcours professionnel et ma vie personnelle. Je tenais à placer le titre : « politique du travail ». Etrangement, cette expression n’est pas ou très peu utilisée. Voici comment je formule : on parle beaucoup du chômage et des enjeux des conditions d’emplois mais pas suffisamment du travail lui-même et du développement professionnel. L’ampleur du chômage nous aurait-elle fait oublier le travail lui-même ? La course à l’emploi et à la productivité a pris le pas sur une approche positive de l’activité, sur l’accompagnement des actifs et sur l’autonomie professionnelle. Parler du code, du contrat ou du coût du travail suscite l’hystérie. L’annonce du taux de chômage enivre ou accable selon son résultat. On valorise peu les métiers, le goût pour le travail bien fait et la performance collective. La précarité et l’intensification de l’activité nous font paradoxalement oublier que le travail est en soi un objet public. Parlons de nos identités professionnelles. Donnons-nous des moyens contre la solitude. Formons vraiment tout au long de la vie active. Anticipons les restructurations et les besoins du marché. Misons sur la politique éducative et la qualité des parcours dès l’enfance. Anxiogène, la question de l’emploi ? Déplaçons notre regard vers une politique du travail. Amazon / Politique du travail, 2017